LES DROITS ET LES DEVOIRS DU TRADUCTEUR

un compendium

 

Chaque metier a ses propres règles de comportement professionel. Elles sont fondées sur le bon sens, les principes moraux générallement reconnus et leurs dérivés – les lois. Et bien qu'il n'existe pas d'analogue du serment d'Hippocrate pour les traducteurs, ceux qui se respectent ont présent un certain code moral que leurs clients veulent voir respecté. Le petit guide ici présent synthétise ce code moral pour en faire profiter les traducteurs débutants aussi bien que leurs clients potentiels.

 

Droits

 

1. PERSONNE NE SAIT TOUT

Le traducteur a le droit d'être fourni de tous les moyens nécessaires pour assurer le haut niveau de performance [1]:

а) pour l'interprétation – équipement de communication efficace, le débit ralenti de l'orateur;

b) pour l'interprétation simultanée – être fourni des textes des discours à la veille de l'évènement;

c) pour les traductions écrites – être fourni de la litérature de référence sur le sujet;

d) pour toute traduction – être renseigné sur le contexte de traduction (la raison pour la traduction requise, le public cible, les exigences spécifiques des clients).

 

2. LE TRADUCTEUR N'EST PAS UNE MACHINE

Le traducteur a le droit aux pauses de repos e celles de repas lors de son travail [1].

 

3. LE COPYRIGHT EST TOUJOURS EN VIGUEUR

Si la traduction effectuée est d'un texte de nature littéraire ou journaliste qui a eu l'honneur d'être publiée, le traducteur jouit du droit d'auteur à sa traduction, protégé par la loi [1]. Cela signifie que:

а) la tradution est publiée au su et avec le consentement du traducteur;

b) le nom du traducteur doit être indiqué dans tous les exemplaires du tirage;

c) si la traduction est publiée à but lucratif le traducteur a le droit à la redevance stipulée par un contract de publication;

d) reédition partielle ou entière de la traduction partielle ou entière peut être effectuée seulement au su et avec le consentement du traducteur.

 

Devoirs

 

1. SOIS À LA HAUTEUR DES CHOSES

Le traducteur doit assurer le haut niveau de performance [1]. Les moyens d'atteindre ce but n'incluent pas que les études spécialisées, mais aussi l'auto-entraînement constant [2]. En outre, les conditions susmentionnées doivent être respectées (voir la section «Droits», p. 1).

 

2. L'ORIGINAL EST SACRÉ

La tâche du traducteur est de transmettre de l'information sans altération [1]. Il n'a pas le droit de modifier le texte d'aucune façon si les tâches correspondantes d'adaptation, d'abrégement ou d'explication ne sont pas posées. Le traducteur doit savoir identifier les éléments invariantes dans l'original (terminologie, dates, nombres et cifres, noms propres) et la préserver lors du processus de traduction.

 

3. KEEP CALM ET SOIS NEUTRE

Du p. 2 il s'ensuit que le traducteur ne doit pas exprimer son opinion sur le contenu du texte à traduire [1]. Pendant les négociatations ou les débats le traducteur n'a ni le droit ni le besoin de prendre aucun parti.

 

4. TRADUCTEUR = DIPLOMATE

Selon les circonstances le traducteur peut être investi des pouvoirs diplomatiques, par exemple, pendant les sommets internationaux [1]. Si tels pouvoirs sont reconnu au traducteur, il a le droit de dévier légèrement de l'original pour «farder la verité» et «sucrer la moutarde». Ainsi le traducteur contribue au dialogue entre deux partis et évite l'escalade de la situation. En tout cas, avec les pouvoirs diplomatiques ou sans eux, le traducteur reste impartial, garde sa voix unie et son expression neutre, légèrement bénévole.

Donc, la tâche prioritaire du traducteur est de contribuer à la compréhension mutuelle et non aggraver la situation. C'est pourquoi, indépendamment des circonstances, il est extremement grossier d'insister de parler la langue qui ne peut pas être partagée par tous les membres d'un groupe. Si le traducteur ne manque pas de politesse il ne laissera personne derrière. Obligé d'échanger quelques mots devant une personne qui ne comprend pas la langue en cours, le traducteur reste fidèle à son devoir et traduit en bref le contenu du dialogue.

 

5. MUET COMME UNE TOMBE

C'est le devoir du traducteur de respecter la vie privée de ses clients et maintenir confidentiel le contenu des documents à traduire (documents personnels, dossiers médicaux, savoir-faires etc.) [1].

C'est pourquoi, lors que vous faites la liste d'expériences professionnelles dans votre CV, les détails complets ne peuvent être indiqués que pour les originaux ou traductions rendus publics, comme les œuvres de belles-lettres ou de la littérature scientifique, les matériaux publicitaires, les discours et conférences publics. Là vous êtes libres d'indiquer tous les références nécessaires. Dans le cas contraire, quand il faut maintenir la confidentialité du contenu, préciser le thème ou le domaine sera suffisant.

 

6. LE COPYRIGHT EST TOUJOURS EN VIGUEUR

Si vous avez l'intention de publier, à but lucratif ou non, la traduction d'un texte de nature littéraire, soyez prets à découvrir que cette pièce est protégée par le droit d'auteur.

Le droit d'auteur n'empêche pas la publication des traductions, mais il exige d'obtenir un permis des institutions ou des personnes qui en sont titulaires [3]. D'habitude, le permis est issu pour une période limité. Il y a aussi une autre particularité: les lois sur la propriété intellectuelle et la procédure de demande pour le permis diffèrent d'un pays à un autre [4]. Les traducteurs intéressés à la publication d'une traduction doivent s'adresser aux titulaires du droit d'auteur pour l'original en question.

Néanmoins, il y a des œuvres libres du droit d'auteur. Elles appartiennent au domaine public, un ensemble des œuvres de l'esprit et des connaissances dont le droit d'auteur est éxpiré ou inéxistant [5]. Dans la plupart des pays la durée du droit d'auteur se somme de la durée de vie de l'auteur + 70 ans après sa mort [6]. Ansi, pratiquement chaque pièce publiée avant 1850 est maintenant dans le domaine public [4]. Et cette liste devient plus longue avec chaque jour qui passe.


Références:

  1. Alekseeva, I. S. L'entraînement professionel du traducteur. Saint-Pétersbourg: Perspektiva, la maison d'édition Soyuz , 2008. pp. 15-17

  2. Alekseeva, I. S. L'entraînement professionel du traducteur. Saint-Pétersbourg: Perspektiva, la maison d'édition Soyuz , 2008. pp. 9-11

  3. Bookwormtranslations: Copyright Law and Translation

  4. Public Domaine Guide

  5. Wikipédia: Domaine public

  6. Wikipédia: Durée du droit d'auteur par pays

 


 

Commentaires

good information useful for us

Announcement-- <a href="http://pagebin.com/h1V7ibpS">web hosting in lahore</a> <br>
<br>

May Have Significant role In Almost Any Site administration

Please remember Eachh time Yoou Could quite easuly get the web hosting iin lahore (<a href="http://hnbkgy.com/comment/html/?202678.html">Jacki</a>) totally free, Annd You Still did <br>
<br>

not?

Unbiased blog uncovers A few new stuff concerning <a href="http://fuluxumu.com/comment/html/?56810.html">web hosting in lahore</a> that <br>
<br>

no-one is covering.

Rumor-- cheap webb hosting in lahore (<a href="https://information.za.org/article.php?id=2809">Rogelio</a>) hosting in lahore May Have A Vital role In Almost Any Website administration

Please remembrr When You Could simply get <br>
<br>

the new cheap web hosting in lahore (<a href="http://fuluxumu.com/comment/html/?56795.html">Thanh</a>) hosting in lahore f-r-e-e, But You Decided noot to ??

Ajouter un commentaire